Témoignages Forum Chat Défi MICI
Reconnue d’utilité publique
par décret du 14 août 1996 J.O du 22 août 1996


Actualités de la recherche 2011

(2011/11) Synthèse des dernières études internationales


TN Suihne et al. (1) ont comparé le taux de vitamine D [25(OH)D] de 81 patients ayant une maladie de Crohn (MC) à celui de 70 témoins appariés en âge, sexe, statut socio-économique. Une carence en Vit D  (< 50 nmol/l) a été observée chez 63 % des MC et de façon significativement plus importante en hiver qu’en été. Les facteurs favorisant cette carence sont une maladie ancienne et un tabagisme. Bien que 43 % des patients avaient une supplémentation en Vit D celle-ci était insuffisante.

 TW Lee et al. (2) ont réalisé une méta-analyse des articles comparant  l’efficacité du fer par voie orale et intraveineuse. La comparaison a pu porter sur 203 MICI traitées par voie veineuse comparées à 130 traitées par voie orale. La voie veineuse a permis une augmentation médiane de l’hémoglobine de 6,5 g/l, de la ferritine de 100 µg/l. Par contre, activité et qualité de vie n’ont pas été modifiées par la voie d’administration.

A partir d’une cohorte de 517 MICI (353 RCH, 164 MC) suivies pendant 10 ans R Opheim et al. (3) constatent que 30 % des MICI ont utilisé à un moment donné des médecines alternatives, dont 3,1 % de façon habituelle et 7,5 % dans les 6 derniers mois du suivi. Ceci est plus marqué pour la MC que pour la RCH (38 % vs 27 %). Il est à noter que le recours aux thérapeutiques alternatives est plus important dans les maladies sévères que dans les formes bénignes, chez les patients recevant des corticoïdes ou des immunosuppresseurs que chez ceux ne recevant que des 5-ASA. Les facteurs prédictifs de l’utilisation de ces traitements alternatifs dans la RCH sont le jeune âge, le sexe féminin, un niveau d’éducation élevé tandis que pour la MC, seul le jeune âge est un facteur prédictif. Il est à noter que la plupart des patients sont satisfaits de leur choix.

K McSharry et al. (4) ont compilé les différentes publications évaluant l’efficacité du tacrolimus dans la prise en charge de la maladie de Crohn. Il reste difficile de se faire une idée de la place que pourrait prendre le tacrolimus car il s’agit pour la plupart d’études non contrôlées incluant un faible nombre de patients avec une durée de traitement très variable et des voies d’administration différentes (locale, voie orale ou veineuse). Ils ont relevé 11 publications regroupant 127 patients traités. Chez les MC souffrant d’une maladie luminale le taux de mise en rémission a été de 44,3 %, le taux de réponse de 37,1%. Chez ceux souffrant d’une maladie ano-périnéale, ils ont été respectivement de 28,6 % et de 38,8 %. Tant que des études randomisées ne seront pas mises en place, il sera impossible de préciser la place qu’il pourrait prendre dans le traitement de la maladie de Crohn.

Le Quantiféron mesure la production d’IFN-γ produits par les lymphocytes. Bien souvent les candidats aux anti-TNF reçoivent des corticoïdes et/ou des immunosuppresseurs (IS) qui peuvent influencer la réponse des lymphocytes T. U Helwig et al. (5) ont étudié les résultats obtenus avec le Qauntiféron en fonction des thérapeutiques suivies chez 45 MICI candidates à un traitement par anti-TNF. Une corticothérapie était suivie chez 24/45 MICI (53 ,3 %), un traitement par IS chez 27/45 (60 %). Chez 13/45 (28,9 %) le résultat du Quantiféron a été indéterminé. Les auteurs ont retrouvé une corrélation entre la prise de corticoïdes (> 15 mg/j) et un résultat indéterminé du Quantiféron, cette corrélation est encore plus importante en cas de traitement concomitant par IS. Pour les IS en monothérapie, la sécrétion d’IFN- γ est moins importante. Ces résultats conduisent les auteurs à recommander de baisser, si cela est possible, les corticoïdes à moins de 15 mg/j avant de réaliser le Quantiféron. Si cela est impossible, ils préconisent de se baser sur les données de la radiographie thoracique et sur les données cliniques.

Bien que proposés dans le traitement du psoriasis, les anti-TNF peuvent être responsables de l’apparition d’un psoriasis lorsqu’ils sont proposés dans le traitement des MICI. G Cullen et al.(6) rapportent 30 cas d’éruptions psoriasiformes, 14/30 (46 %) répondant à un traitement par topiques locaux, 7/30 (23 %) nécessitant l’arrêt des anti-TNF. Ils rapprochent leur observation des 120 cas publiés dans la littérature (dont les 62 cas rapportés par le GETAID(7)) et constate que cet effet indésirable s’observe plus souvent chez les femmes (70 %), la topographie est le plus souvent le cuir chevelu (42 %) ou les régions palmo-plantaires (43 %), que la réponse à un traitement local s’observe dans 41 % des cas mais qu’un arrêt définitif est nécessaire chez 43 % des patients. Dans 27 cas, l’anti-TNF a été changé mais l’éruption a persisté ou récidivé dans 52 % des patients.

D Bregnbak et al. (8) ont souhaité évaluer la fréquence des complications de la colectomie chez les RCH ayant reçu de l’infliximab (IFX). A partir de la base de données de l’hôpital de Copenhague, 71 RCH ayant subi une colectomie ont été identifiées, 20 patients avaient reçu de l’IFX dans les 12 semaines précédant l’intervention. La répartition entre les 2 groupes de patients était comparables tant en ce qui concerne l’âge, le sexe, les traitements concomitants et le statut tabagique. Toutefois, le score endoscopique de Mayo et la CRP pré-opératoire étaient plus élevés chez les patients sous IFX et la chirurgie était plus souvent  programmée dans le groupe contrôle. Il n’est à déplorer aucun décès post-opératoire dans aucun des 2 groupes. Par contre, le nombre d’infections post-opératoires a été plus important chez les RCH recevant des corticoïdes qu’ils soient associés ou non à de l’IFX.

Gilbert TUCAT

 

Ref : (1) Suibhne TN et al. J Crohn’s Colitis à paraître ; (2) Lee TW et al. J Crohn’s Colitis à paraître ; (3) Opheim R et al. J Crohn’s Colitis à paraître ; (4) McSharry K  et al. Aliment Pharmacol Ther à paraître ;  (5) Helwig U et al. J Crohn’s Colitis à paraître ; (6) Cullen G  et al. Aliment Pharmacol Ther  à paraître ; (7) Rahier JF et al. Clin Gastroenterol Hepatol 2010;8:1048–55 ; (8) Bregnbak D et al. J Crohn’s Colitis à paraître.

 

 





Réagissez 0 Commentaire(s) être alerté(e) des nouveaux commentaires

actualités
prés de chez vous

Échanger avec la communauté

Derniers posts

Bonjour je sui dans ne même cas que vous depuis 1...
Anonymous5980aab9bd43c - le 21/08/2017 15:15

Bonjour à tous. Depuis 3 mois je refais une crise...
Dalisa - le 21/08/2017 09:21

Des horaires de repas de de sommeil réguliers , un...
hamo - le 19/08/2017 18:42

MERCI pour votre réponse. Je suis assez curieuse d...
lou - le 19/08/2017 17:37

Dernière actu / Actualités de la recherche 2017
Dernière actu / Champagne-Ardenne
Dernière actu / L'afa
Suivez-nous sur Suivez-nous sur Web TV afa

Info MICI Info MICI

Un portail d'information qui rassemble l'information validée sur la maladie de Crohn et la Recto-colite hémorragique dédié aux malades et proches mais aussi des professionnels de santé.

S'informer S'informer

L'application mobile afaMICI vous permet de :

- Accéder aux toilettes les plus proches

- Suivre l'actualité des MICI

- Avoir des infos pratiques

L'application afaMICI est disponible sur :

Inscrivez-vous à notre newsletter Inscrivez-vous à notre newsletter
Autres sites Autres sites de l'afa

Site défi MICI

Site Roll'solidaire