Témoignages Forum Chat Défi MICI
Reconnue d’utilité publique
par décret du 14 août 1996 J.O du 22 août 1996


2000

(2000/12) Régime alimentaire et maladie de Crohn


Pr Jean-Pierre Gendre

Service d'Hépato-Gastro-Entérologie, Hôpital Saint-Antoine Paris

 

Beaucoup d'idées préconçues et/ou fausses, "circulent "à propos de l'alimentation au cours de la maladie de Crohn (MC). Il faut leur faire un sort pour éviter d'ajouter des contraintes inutiles à des patients qui en ont suffisamment par ailleurs. Voici donc quelques réflexions pratiques et simples à leur sujet :

 

 

1. Aucun facteur alimentaire n'a de rôle clairement établi pour l'instant dans la survenue d'une MICI si bien que le régime alimentaire n'a pas, en général, pour objectif de "traiter" voire de "guérir" ou "d'empêcher la rechute" de la maladie mais simplement de diminuer ou de faire disparaître certains symptômes de la maladie.

 

2. Dans la grande majorité des cas, les lésions inflammatoires sont limitées à la partie terminale de l'intestin grêle (iléon) et/ou au gros intestin (côlon) et les capacités de digestion et d'absorption sont donc tout à fait conservées ce qui doit permettre de conserver un bon état nutritionnel.

 

3. Le régime doit ainsi être adapté aux symptômes de la maladie et à l'état nutritionnel du patient. Il est donc différent chez chaque malade selon que sa maladie est en "poussée évolutive" ou en "rémission".

 

4. Lors des phases actives de la maladie, l'alimentation a trois buts essentiels :

a. maintenir ou restaurer un bon état nutritionnel grâce à des apports suffisants en protéines en particulier, mais aussi en vitamines, en sels minéraux et oligo-éléments ;

b. diminuer la diarrhée quand elle existe, d'où un régime pauvre en fibres alimentaires et en lactose appelé aussi "sans résidus" ;

c. contribuer à obtenir la mise en rémission : c'est le rôle, dans certaines formes sévères, de l'assistance nutritionnelle : NEDC (nutrition entérale à débit constant) ou NPT (nutrition parentérale totale) ; leur mode d'action précis est mal connu mais la "mise au repos" plus ou moins importante du tube digestif joue le rôle essentiel. Les techniques d'assistance nutritionnelles sont très utilisées chez l'enfant et l'adolescent car elles ont un effet très positif en cas de cassure de la courbe staturo-pondéral.

 

5. Dès la rémission obtenue et pendant toute la phase de quiescence, le régime alimentaire doit être progressivement "élargi" pour se rapprocher le plus possible d'une alimentation normale ce qui est possible dans la plupart des cas. Les fibres alimentaires sont ainsi réintroduites petit à petit selon la tolérance de chacun. Elles sont, en général, bien supportées dans ces conditions sauf intolérance propre à chaque individu. Il faut, bien sûr, éviter leur consommation excessive par exemple en été ou limiter celle de certaines fibres dures (céleri, radis, vert de poireau… par exemple). L'expérience clinique montre que beaucoup de patients restent de manière prolongée à un régime sans résidus par crainte de voir réapparaître leurs symptômes plutôt que par nécessité. Or, le régime sans résidus est très monotone, favorise la prise de poids et tout doit être fait pour se rapprocher le plus possible d'un régime normal ; mieux vaut, si nécessaire, prendre de petites doses de ralentisseurs du transit et élargir le régime que l'inverse. La tolérance des laitages est variable d'un malade à l'autre. Elle dépend également de leur teneur en lactose (sucre propre du lait). Celle-ci est surtout élevée dans le lait lui-même mais il est souvent possible d'en consommer 100 à 200 ml par jour et dans le fromage blanc. En revanche, la teneur en lactose est beaucoup plus faible dans les yaourts et surtout dans les fromages d'où le lactose a presque disparu et qui peuvent être consommés sans restriction quels qu'ils soient sans se limiter aux seules pâtes cuites ou pressées. Des apports alimentaires en calcium sont en effet très importants pour prévenir la décalcification (ostéopénie, ostéoporose) si fréquente dans cette maladie.

 

6. Le régime sans sel strict n'est pas justifié en cas de traitement par les corticoïdes. Il n'est nécessaire que dans certains cas particuliers comme chez les sujets âgés ou en cas d'hypertension artérielle ce qui est très exceptionnel dans la population habituelle des sujets jeunes atteints de maladie de Crohn. La restriction en sel doit être très modérée et il suffit en général d'éviter les excès de sel. Le régime sans sel n'a malheureusement aucun effet préventif ni sur la prise de poids, ni sur le gonflement du visage que l'on peut observer chez certains patients sous corticoïdes.

 

7. Chez certains opérés, après une résection intestinale étendue ou en cas de stomie, on peut observer une diarrhée importante avec des selles non seulement fréquentes mais aussi de volume important. Cette diarrhée entraîne parfois des pertes importantes en eau et électrolytes (sodium, potassium…) qu'il faut donc compenser et augmentant suffisamment les apports alimentaires d'eau et de sel en sachant que le meilleur critère d'efficacité est l'obtention d'une diurèse normale. La diarrhée peut aussi s'accompagner d'un trouble de l'absorption des nutriments qui peut nécessiter une adaptation de la quantité des graisses dans l'alimentation et une supplémentation en vitamines (B12, acide folique, D en particulier) et en sels minéraux (calcium, magnésium surtout). Quand le trouble d'absorption des graisses est très important il faut en plus réduire les apports en oxalates (épinards, betteraves, chocolat, thé et Coca-Cola en particulier) pour diminuer le risque de calculs urinaires d'oxalate de calcium.

 

En définitive, l'objectif est de limiter les contraintes inutiles pour s'attacher à prévenir les éventuelles carences induites par un régime inadapté.

 

 

Lettre de l'afa n°16 - Décembre 2000

 





Réagissez 2 Commentaire(s) être alerté(e) des nouveaux commentaires

actualités
prés de chez vous

Échanger avec la communauté

Derniers posts

Bonjour je sui dans ne même cas que vous depuis 1...
Anonymous5980aab9bd43c - le 21/08/2017 15:15

Bonjour à tous. Depuis 3 mois je refais une crise...
Dalisa - le 21/08/2017 09:21

Des horaires de repas de de sommeil réguliers , un...
hamo - le 19/08/2017 18:42

MERCI pour votre réponse. Je suis assez curieuse d...
lou - le 19/08/2017 17:37

Dernière actu / Actualités de la recherche 2017
Dernière actu / Champagne-Ardenne
Dernière actu / L'afa
Suivez-nous sur Suivez-nous sur Web TV afa

Info MICI Info MICI

Un portail d'information qui rassemble l'information validée sur la maladie de Crohn et la Recto-colite hémorragique dédié aux malades et proches mais aussi des professionnels de santé.

S'informer S'informer

L'application mobile afaMICI vous permet de :

- Accéder aux toilettes les plus proches

- Suivre l'actualité des MICI

- Avoir des infos pratiques

L'application afaMICI est disponible sur :

Inscrivez-vous à notre newsletter Inscrivez-vous à notre newsletter
Autres sites Autres sites de l'afa

Site défi MICI

Site Roll'solidaire