Témoignages Forum Chat
Reconnue d’utilité publique
par décret du 14 août 1996 J.O du 22 août 1996


2006

(2006/09) Un bilan sur les stricturoplasties dans le traitement de la maladie de Crohn


Dr Jean-Fred Warlin,

Service de chirurgie viscérale, Hôpital d'Argenteuil

 

Les stricturoplasties ont été introduites dans l’arsenal thérapeutique chirurgical vers 1980, pour éviter le risque de grêle court auquel eussent conduit des résections multiples lorsque les atteintes de la maladie de Crohn (MC) étaient étagées. On peut donc dès à présent juger de leurs résultats à long terme (suivi moyen de 7 ans). Le critère de jugement principal a été la nécessité d’une réintervention.

Une équipe britannique a réalisé en 25 ans 479 stricturoplasties sur 100 malades de 16 à 65 ans (57 hommes), dont 477 sur le grêle et 2 sur le côlon, au cours de 159 opérations (68 malades n’ayant eu qu’une seule stricturoplastie et les 32 autres une à six simultanément). Plus des deux tiers des malades (69) avaient déjà subi auparavant une laparotomie pour traitement de leur MC.

L’indication essentielle de la stricturoplastie était la sténose. Le diamètre de la lumière intestinale a été calibré avec un ballon, et les plasties (en moyenne 3 par intervention) réalisées en règle selon la technique de Heineke-Mickulicz, les trois quarts des opérés subissant en même temps une autre opération (surtout résection d’un court-circuit antérieur).

Des complications sont survenues dans 22,6 % des cas, surtout septiques, mais aussi occlusives ou hémorragiques. Elles ont conduit à 8 % de réinterventions précoces. Le seul cas de dégénérescence maligne n’est pas survenu sur un site de stricturoplastie. Il y a eu 3 décès précoces (fistules ou infarctus du grêle) et 3 tardifs à 3, 7 et 15 ans chez des malades qui avaient été réopérés pour leur MC dans l’intervalle. La nécessité d’une nutrition parentérale en péri-opératoire (malades dénutris, infectés) a été le seul facteur aggravant de la mortalité.

Le taux de réinterventions se situe à 52 % quarante mois après la 1ère stricturoplastie, mais à 56 % deux ans après la seconde, puis à 86 % deux ans après la 3ème, ce qui explique que ce total de 159 interventions pour 100 malades. Toutefois, le fait de réitérer les stricturoplasties sur un site précédent n’augmente pas le risque de complications.

La stricturoplastie dans la maladie de Crohn est donc une intervention qui assure des suites acceptables à long terme ; ses complications sont lourdes, mais la mortalité opératoire faible. Le taux de réinterventions reste élevé, mais n’augmente pas exagérément au fil des ans.

 

Journal International de Médecine 2006

Fearnhead NS et coll. : “Long-term follow-up of strictureplasty for Crohn’s disease.” Brit J Surg., 2006 ; 93 : 475-82.





Réagissez 0 Commentaire(s) être alerté(e) des nouveaux commentaires

actualités
prés de chez vous

Échanger avec la communauté

Derniers posts

Courage... j'ai appris la maladie de mon fils sur...
Elsako - le 22/08/2019 08:47

Bonsoir super du monde du Finistère.ce serait supe...
Ronnie10 - le 21/08/2019 23:44

Bonjour, Diagnostiquée Crohn au bout de deux ans...
Anonymous5c8abaffcb88d - le 21/08/2019 20:48

Finalement il y en a des personnes du Finistère !...
thomas29 - le 21/08/2019 18:30

Dernière actu / La recherche
Dernière actu / L'afa
Suivez-nous sur Suivez-nous sur afa Web TV

Info MICI Info MICI

Un portail d'information qui rassemble l'information validée sur la maladie de Crohn et la Recto-colite hémorragique dédié aux malades et proches mais aussi des professionnels de santé.

S'informer S'informer

L'application mobile afaMICI vous permet de :

- Accéder aux toilettes les plus proches

- Suivre l'actualité des MICI

- Avoir des infos pratiques

L'application afaMICI est disponible sur :

Inscrivez-vous à notre newsletter Inscrivez-vous à notre newsletter
Autres sites Autres sites de l'afa

MICI Connect 

L'Observatoire national des MICI 

Journée Mondiale des MICI