Témoignages Forum Chat
Reconnue d’utilité publique
par décret du 14 août 1996 J.O du 22 août 1996


2006

(2006/10) Plaintes fonctionnelles digestives et troubles de l'humeur chez les patients atteints de MICI


Pr Benoît Coffin
Service d'hépato-gastro-entérologie, Hôpital Louis-Mourier, Colombes

 

 

La pratique clinique quotidienne montre que les symptômes d'allure fonctionnelle sont fréquents chez des patients ayant une MICI en rémission, maladie de Crohn (MC) ou rectocolite hémorragique (RCH). Cependant, la fréquence de ces symptômes est mal connue.

 

Farrokhyar F, Marshall JK, Easterbrook B, Irvine EJ. Functional gastrointestinal disorders and mood disorders in patients with inactive inflammatory bowel disease: prevalence and impact of health. Inflamm Bowel Dis 2006 ; 12 : 38–46.

 

 

Les troubles fonctionnels digestifs (TFD), dont le syndrome de l'intestin irritable (SII) est la forme clinique la plus répandue, sont particulièrement fréquents dans les pays occidentaux. En utilisant les derniers critères diagnostiques des TFD, les critères de Rome II, une enquête canadienne récente a montré que 62 % de la population présentent des TFD, résultat assez proche des données françaises. La physiopathologie des TFD est complexe, faisant intervenir des troubles de la motricité et une hypersensibilité digestive. Récemment, la mise en évidence du SII postinfectieux a relancé l'hypothèse d'une microinflammation impliquée dans la physiopathologie de ce syndrome.

 

. Cette étude, bien que souffrant de nombreuses limites come, par exemple, l’absence de groupe contrôle (sujets sans MICI, ayant ou non des TFD), souligne l’importance des plaintes digestives fonctionelles avec une forte prédominance du SII et des syndromes anorectaux.

. Elle confirme également le fort retentissement de ces symptômes sur le qualité de vie, comme au cours de tous les TFD.

 

 

Plus de 80 % des patients atteints de mici sont concernés

 

Au sein d'une cohorte de 149 patients ambulatoires (105 MC et 44 RCH) en rémission clinique depuis au moins 12 mois, F. Farrokhyar et coll. ont recherché la fréquence des symptômes fonctionnels en appliquant le questionnaire de Rome II. Ils ont ainsi montré que :

  • 82 % des patients avaient au moins un syndrome fonctionnel ;
  • les syndromes œsophagiens et gastriques étaient répartis de manière identique dans les groupes MC et RCH. Le SII était plus fréquent en cas de MC (26 %) que de RCH (9 %). À l'inverse, la constipation indolore était plus fréquente au cours de la RCH (11 %) que de la MC ;
  • les TFD les plus fréquents étaient les syndromes ano-rectaux, retrouvés chez près d'un patient sur deux. Une incontinence fécale était présente chez 37 % des patients au cours de la MC, versus 32 % au cours de la RCH ; les douleurs pelviennes rebelles concernaient respectivement 35 % et 9 % des malades.


Une prévalence élevée de troubles anxiodépressifs

 

La mesure de l'anxiété et de la dépression par un questionnaire simple montrait que 3,4 % des patients avaient un syndrome anxieux et 20,9 % un syndrome dépressif. Ces taux étaient comparables chez les patients atteints de MC ou de RCH, mais les syndromes anxio-dépressifs étaient plus fréquents chez les patients ayant des symptômes fonctionnels (31,4 %) que chez ceux qui en étaient indemnes (7,4 %). De plus, la qualité de vie était plus altérée chez les patients ayant des troubles fonctionnels digestifs.

 

 

Facteurs prédisposants

 

En analyse logistique univariée, l'anxiété, l'âge et le tabagisme étaient des facteurs prédictifs de TFD associés à une MICI en rémission. L'analyse multivariée ne retrouvait que deux facteurs significatifs : l'anxiété et un âge supérieur à 40 ans.

 

 

 

Commentaires

 

*La présence de symptômes digestifs fonctionnels chez les patients ayant une MICI en rémission est une situation très fréquente, comme le confirme cet article. Lors de sa pratique quotidienne, le gastro-entérologue est souvent confronté à ces plaintes qui, il y a quelques années, étaient fort peu prises en considération.
Les immunosuppresseurs étaient peu utilisés, les biothérapies n'existaient pas, la chirurgie était une option thérapeutique très fréquente. On expliquait au patient que les symptômes fonctionnels étaient « le prix à payer » pour obtenir la mise en rémission d'une maladie chronique et grave. Ces dernières années, la large diffusion des immunosuppresseurs et le développement des biothérapies ont fondamentalement changé la prise en charge des patients atteints de MICI, la mise en rémission devenant un objectif plus facile à obtenir sur le moyen terme. Ainsi la notion de « MICI-fonctionnelle » (ou IBS-IBD [Irritable Bowel Syndrome - Inflammatory Bowel Disease]) est réapparue et à nouveau prise en considération. Il reste cependant difficile de différencier le caractère organique ou fonctionnel de ces symptômes résiduels. Actuellement, aucun questionnaire simple n'a été validé dans la littérature et il est souvent nécessaire de recourir à des explorations biologiques ou endoscopiques, qui s'avèreront normales.

*Dans ce travail, la fréquence de certains TFD semble plus élevée au cours de la MC que de la RCH, suggérant des mécanismes physiopathologiques différents pour chacune de ces pathologies. L'inflammation transmurale de la phase aiguë de la MC et les phénomènes de cicatrisation qui en découlent seraient peut-être susceptibles d'induire des lésions nerveuses pouvant se pérenniser et conduire à une douleur abdominale chronique. Ce concept de douleur chronique induite par un phénomène inflammatoire aigu est la base des douleurs neuropathiques, bien connues des algologues.
Au niveau digestif, le concept d'inflammation ou de séquelles de l'inflammation comme mécanisme physiopathologique du SII a connu un regain d'intérêt ces dernières années, remettant au goût du jour la « colite postamibienne du colonial ». En effet, il a été montré qu'environ 20 % des patients ayant une gastro-entérite aiguë infectieuse vont développer un SII dans les 12 mois suivants. Chez ces patients, l'analyse immuno-histochimique de biopsies coliques a montré une augmentation des cellules entérochromaffines qui sécrètent essentiellement de la sérotonine, neurotransmetteur clé dans la régulation de la motricité et de la sensibilité digestive. Ces données n'ont pas été rapportées chez des patients ayant une MICI en rémission avec des symptômes digestifs. Le rôle de polymorphismes génétiques fréquents, comme celui du transporteur de la sérotonine, mériterait aussi d'être évalué.

*De manière intéressante, ce travail a montré une plus grande fréquence des personnalités dépressives chez les patients ayant des symptômes fonctionnels. En raison de la méthodologie de cette étude, il n'est malheureusement pas possible de savoir si cette personnalité est la conséquence des symptômes chroniques ou si elle préexiste à leur survenue.

 

Il serait intéressant de savoir comment sont pris en charge ces symptômes fonctionnels. Actuellement, aucune étude ne permet de répondre à cette question, mais il ne serait pas étonnant de constater que ces symtômes sont la source d’une escalade thérapeutique au cours des MICI, notamment depuis l’apparition et l’utilisation de plus en plus large et précoce des biothérapies.




Crohn - RCH
n° 24 - Octobre 2006
Réalisé à l'initiative de Solvay Pharma





Réagissez 0 Commentaire(s) être alerté(e) des nouveaux commentaires

actualités
prés de chez vous

Échanger avec la communauté

Derniers posts

Je pense qu'il faut être très prudent dans votre d...
Llionnell21 - le 20/04/2019 21:07

Je pense qu'il faut être très prudent dans votre d...
Llionnell21 - le 20/04/2019 21:07

Julien 74 ou autre personne utilisant de la boswel...
Emmanuelle - le 20/04/2019 16:58

Bonjour, depuis 5 jours avec scanner et visite aux...
loredana - le 20/04/2019 07:45

Dernière actu / Actualités de la Recherche 2019
Dernière actu / Nos actions
Dernière actu / L'afa
Suivez-nous sur Suivez-nous sur afa Web TV

Info MICI Info MICI

Un portail d'information qui rassemble l'information validée sur la maladie de Crohn et la Recto-colite hémorragique dédié aux malades et proches mais aussi des professionnels de santé.

S'informer S'informer

L'application mobile afaMICI vous permet de :

- Accéder aux toilettes les plus proches

- Suivre l'actualité des MICI

- Avoir des infos pratiques

L'application afaMICI est disponible sur :

Inscrivez-vous à notre newsletter Inscrivez-vous à notre newsletter
Autres sites Autres sites de l'afa

MICI Connect 

L'Observatoire national des MICI 

Journée Mondiale des MICI