Témoignages Forum Chat
Reconnue d’utilité publique
par décret du 14 août 1996 J.O du 22 août 1996


2007

(2007/12) “Sœur Anne, ne vois-tu rien venir de nouveau pour traiter les MICI?”


Pr Marc-Antoine Bigard,
Service d'hépato-gastro-entérologie - CHU de Nancy

 

 

Soeur Anne pourrait répondre : "Je ne vois que les concepts qui pullulent, les études qui se multiplient, les molécules belles le matin et fanées le soir, mais je ne vois pas de nouvelle autorisation de mise sur le marché (AMM) pour des thérapeutiques médicales innovantes !"

 

La mise à disposition de l'infliximab pour traiter la maladie de Crohn, en 1999, a représenté une avancée majeure dans sa prise en charge, mais, depuis maintenant huit ans, aucune molécule véritablement innovante n'a eu d'AMM. L'infliximab a inauguré la classe des anti-TNFa et a, depuis, élargi son champ d'application avec le traitement d'entretien, la prise en charge de la RCH et la possibilité de traiter les enfants.

 

L'adalimumab n'a pas apporté de progrès évident aussi bien en termes d'efficacité qu'en ce qui concerne la tolérance, et n'a d'ailleurs obtenu à la Commission de la transparence qu'une amélioration de service médical rendu de niveau V.

 

Le certolizumab n'a pas obtenu d'AMM européenne en raison des faiblesses de son dossier, surtout en ce qui concerne les résultats d'efficacité à court ou à moyen terme.

 

Une nouvelle classe thérapeutique est apparue avec la mise à disposition du natalizumab dans la sclérose en plaques, il y a 18 mois. Cependant, le rapport bénéfice/risque est apparu défavorable dans la maladie de Crohn aux yeux l'Agence européenne du médicament. Le bénéfice du médicament semble marginal, de l'ordre de 10 % par rapport au placebo, et le risque de leucoencéphalopathie multifocale progressive (infection opportuniste à virus JC, d'évolution habituellement fatale) demeure une préoccupation majeure, chez des patients ayant parfois reçu des traitements immunosuppresseurs multiples. Même en cas de monothérapie par natalizumab, le risque reste difficile à apprécier.

 

En conclusion, il nous reste uniquement, pour quelques années encore, les anti-TNFalpha, et nous devons apprendre à les utiliser de mieux en mieux, car en cas d'échec ou d'intolérance de cette classe thérapeutique, les possibilités médicales vont demeurer restreintes pour la prise en charge de ces patients en impasse thérapeutique.

 

 

Les Nouvelles des MICI
La Lettre de l'hépato-gastroentérologue
Vol. X - supplément 1 au n°9
- novembre - décembre
(Les textes sont rédigés sous la responsabilité des auteurs)





Réagissez 0 Commentaire(s) être alerté(e) des nouveaux commentaires

actualités
prés de chez vous

Échanger avec la communauté

Derniers posts

Courage... j'ai appris la maladie de mon fils sur...
Elsako - le 22/08/2019 08:47

Bonsoir super du monde du Finistère.ce serait supe...
Ronnie10 - le 21/08/2019 23:44

Bonjour, Diagnostiquée Crohn au bout de deux ans...
Anonymous5c8abaffcb88d - le 21/08/2019 20:48

Finalement il y en a des personnes du Finistère !...
thomas29 - le 21/08/2019 18:30

Dernière actu / La recherche
Dernière actu / L'afa
Suivez-nous sur Suivez-nous sur afa Web TV

Info MICI Info MICI

Un portail d'information qui rassemble l'information validée sur la maladie de Crohn et la Recto-colite hémorragique dédié aux malades et proches mais aussi des professionnels de santé.

S'informer S'informer

L'application mobile afaMICI vous permet de :

- Accéder aux toilettes les plus proches

- Suivre l'actualité des MICI

- Avoir des infos pratiques

L'application afaMICI est disponible sur :

Inscrivez-vous à notre newsletter Inscrivez-vous à notre newsletter
Autres sites Autres sites de l'afa

MICI Connect 

L'Observatoire national des MICI 

Journée Mondiale des MICI