Jeunes

Crohn ou crises d’anxiété, je ne sais plus, je doute du diagnostic…

Lancé par raphaellegeg-13258 - Dernier message le 25/09/2019 à 17:16
réponses
5
Vues
1 560
raphaellegeg-13258 - 25/09/2019 à 17:16

Merci pour vos réponses et vos conseils. Suite à ce taux de calprotectine élevé, le seul examen qui ait révélé quelque chose était l’entéro-irm qui montrait quelques traces d’inflammation légères. Donc pas de preuve formelle mais suspicion d’une MICI par mon gastro-entérologue.

Suite à cela, traitement mikicort pendant 6 mois puis arrêt du traitement depuis. Depuis je vais beaucoup mieux, mais toujours plusieurs selles par jour (2 à 5) toujours assez graisseuses, plus une digestion difficile et ballonnements constants. Et surtout des brûlures qui me donnent même parfois la tête qui tourne et le coeur qui bat. Je suis beaucoup plus fatigable qu’avant aussi et j’ai absolument besoin de sommeil. Cet état varie et s’accentue avec le stress et la fatigue, et me fait du coup parfois douter (comme lorsque j’ai posté mon premier message) : est-ce vraiment une mici ? Est-ce psychosomatique ?

En fait, l’incertitude du diagnostic est assez difficile à vivre je trouve. Certains d’entre vous ont-ils été dans le même cas ? Comment avez-vous vécu cette incertitude ? Comment et quand a-t-on confirmé votre diagnostic ? Et comment avez-vous accepté la maladie ?

Modérateur - 30/08/2019 à 12:25

Bonjour, pour répondre à votre question sur la calprotectine, le stress n’élève pas le taux. En revanche le fait que le taux soit élevé n’est pas toujours le signe d’une maladie de Crohn. Plusieurs autres pathologies ou la prise de certains traitements peuvent également élever le taux de calprotectine. Par exemple pour les pathologies, les infections digestives, les diverticulites, les gastrites, l’ ulcère gastro-duodénal.
Pour les médicaments : les anti-inflammatoires non stéroïdiens (nurofen, voltarène etc.) l’aspirine, les antisécrétoires (type Mopral).

hamo-2039 - 30/08/2019 à 11:02

il me semble que vous ne prenez pas votre Pb par le bon bout . D’abord , si la calprotectine fécale est plus élevée que la norme qui est de 50 je crois , il faut faire des investigations ( coloscopie , IRM et examens biologiques etc … ) pour déceler la nature de l’inflammation indiquée par le taux élevé de calprotectine .
Bon courage et essayez de calmer votre anxiété ; je sais que ce n’est pas facile mais il faut au moins essayer avec de l’aide si nécessaire .
Hamo

jasmine-13265 - 30/08/2019 à 09:27

bon courage on est tous dans le même cas le stress et stress et stress personnellement j’ai du mal à gérer tout ça ça influence bcp

raphaellegeg-13258 - 27/08/2019 à 11:47

Bonjour à tous,

C’est la première fois que je poste sur ce forum. J’ai 22 ans, on m’a diagnostiqué un Crohn il y a environ 1 an et demi après une longue errance d’examen en examen. Finalement, mon gastro-entérologue a émis l’hypothèse d’un Crohn léger/modéré sans pouvoir l’affirmer à 100%, suite à une colo et fibro sans résultats significatifs, une entéro-irm qui montrait une légère inflammation du grêle mais surtout une calprotectine fécale élevée (2 ou 3 fois la norme dont je ne me souviens pas). A suivi un traitement sous mikicort pendant 12 semaines qui avait fait rebaissé la calprotectine fécale et justifié l’arrêt du traitement selon mon médecin.

Parallèlement, j’ai développé un trouble panique/anxiété généralisée avec une grosse agoraphobie et peur d’être seule (et qu’il m’arrive quelque chose) pour lequel j’ai été mise sous anti-dépresseurs, ce qui avait nettement corrigé la chose.

Dernièrement cependant, l’anxiété a refait surface en grandes pompes (crises d’anxiété à répétition que je maîtrise plus ou moins bien, agoraphobie…), de même que des symptômes (brûlures intestinales, envie fréquente d’aller à la selle et fausses envies) qui me font craindre un retour de Crohn…

Ce qui m’amène au vif du sujet et à une interrogation qui me préoccupe de plus en plus ces derniers temps : je me demande si mes « poussées de Crohn » (actuelles mais aussi les poussées avant que ne soit posé un diagnostic) ne seraient tout simplement pas des symptômes anxieux dus uniquement au stress (ce que m’avait longuement rabâché mon premier médecin généraliste avant que j’en change n’appréciant pas de n’être pas prise au sérieux) et non pas à une MICI… En gros, je me demande si je suis vraiment une crohnienne et pas juste une super anxieuse…

Mes questions sont donc :

– Est-il possible que le stress seul élève le taux de calprotectine fécale au-dessus du seuil normal ? (en gros, peut-on, dès lors qu’on a une calprotectine fécale supérieure à la norme éliminer le stress comme cause des maux ? – bien que je ne doute pas que le stress ait une incidence sur à peu près toutes les maladies).

– La mesure de la calprotectine seule permet-elle d’orienter le diagnostic vers un Crohn de manière à peu près certaine, même lorsque les autres examens typiques des MICI (colo, IRM…) s’avèrent négatifs ou peu concluants ?

– Mon Crohn s’est rarement manifesté par des douleurs abdominales mais plutôt par des « crises » de brûlures soudaines et intenses (qui irradient parfois jusque dans la nique et me réveillaient la nuit) avec vertiges (tête qui tourne plutôt) et sueurs, accompagnées d’envies d’aller à la selle (avec parfois/souvent de fausses envies ou du moins presque rien à la sortie). Souvent aussi des sortes de « palpitations/chatouilles » dans l’estomac lors de la digestion ou après les brûlures. Et bien sûr une sensibilité exacerbée en fonction des aliments et une digestion plutôt difficile (gazs, ballonnements…), et lors des périodes de poussée (en considérant que j’aie bien une maladie de Crohn donc) des diarrhées/selles molles et grasses, parfois glaireuses, plusieurs fois par jour. Je sais que chacun ressent des symptômes et vit sa maladie différemment, mais ces symptômes évoquent-ils quelque chose pour certains ? (ou ne seraient-ils en réalité que des crises de paniques mal interprétées ?)

Je ne sais pas si vous pourrez m’aider et je sais que ce n’est pas votre rôle de répondre à ce type de questions, mais je ne sais pas vers qui me tourner pour en parler et tout cela me turlupine et accentue mon angoisse. J’ai peur de souffrir finalement « juste » d’anxiété et d’avoir embêté beaucoup de monde pour rien.

Excusez-moi d’avance pour ce long message et cette angoisse sûrement perceptible à travers lui, et merci à ceux qui voudront bien me répondre !

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)

Inscription

    Inscrivez-vous à notre newsletter !