Vivre . Bouger avec

MICI et depression

Lancé par Anonymous583ed7a99d0ca - Dernier message le 29/09/2017 à 13:02
réponses
7
Vues
1 874
hamo - 29/09/2017 à 13:02

Le stress est un facteur aggravant mais pas déclenchant à lui seul . C’est pour toutes les maladies ainsi .
Ma gastro me disait au début :  » on ne connait pas la cause de cette maladie mais on sait qu’elle évolue chez des personnes anxieuses …  » Cà fait tout de même réfléchir sur la place qu’occupe le stress dans la manière de gérer sa mici .

hamo - 29/09/2017 à 13:02

Le stress est un facteur aggravant mais pas déclenchant à lui seul . C’est pour toutes les maladies ainsi .
Ma gastro me disait au début :  » on ne connait pas la cause de cette maladie mais on sait qu’elle évolue chez des personnes anxieuses …  » Cà fait tout de même réfléchir sur la place qu’occupe le stress dans la manière de gérer sa mici .

Alnilam75 - 29/09/2017 à 10:53

bonjour
lors d’une poussée, c’est un peu logique de ne pas être bien physiquement ( même pas du tout d’ailleurs) et aussi moralement;

Pour la personne qui a démarré ce post, il pourrait être bien pour vous de voir une/un psychologue pour vous décharger du poids de la maladie; en quelque sorte pouvoir déposer et se reposer sur qqun.
N’hésitez pas à revoir votre gastroentérologue pour faire le point et envisager une nouvelle piste de soins. Ne restez pas seule.
le forum peut-être un bon soutien aussi;
Quant aux proches, si vous avez la force, « coincer » tout le monde et faites leur un cours sur le côlon, etc…décrivez vos symptômes, ses conséquences, les douleurs, la perte de poids, d’appétit…..les traitements; et tant qu’on y est employé des mots super médicaux du genre côlon transverse, sigmoïde, péritoine; moi c’est ce que j’ai fait et ça m’a beaucoup amusée de voir la tête de mes proches qui étaient largués,
oui la maladie nous rabaisse d’une certaine façon, mais bien saisir le mécanisme de la digestion et les mécanismes de la maladie, nous rend acteur de ce que l’on vit.
comprendre, accepter mais ne jamais se résigner.
le forum est là à vos côtés, ici vous avez le droit de vous plaindre, de dire que vous en avez marre et d’être comprise;
revenez ici autant de fois que vous le voulez, il y aura toujours qqn pour vous lire 🙂

Muriel - 29/09/2017 à 08:57

je suis d’accord avec ce que vous écrivez. Avec un recul de 40 ans de RCH, il me semble que le stress ou la dépression n’entraine pas spécialement une nouvelle poussée. Il y a 40 ans, on faisait même faire des séances de psychothérapie, j’en ai eu pendant 1 an. La RCH est une maladie multi-factorielle et on ne peux pas résumer: je suis en ce moment très stressée donc j’ai une poussée. Par contre, quand je sens qu’une poussée est à nouveau là, oui, dans ce cas, je deviens stressée, je pleure car je sais que je vais avoir une vie plus difficile pendant un certain temps.

Alnilam75 - 28/09/2017 à 12:07

pour Maxou, j’étais enceinte de deux mois lorsque l’on m’a diagnostiquée la RCH.
Donc pas du tout contrariée ni stressée au contraire j’étais heureuse . avec mon compagnon, on avait même acheté une poussette.
mais face à des diarrhées persistantes, mon médecin traitant m’envoie chez un gastro.
Colo en urgence sans anesthésie, ben oui y avait un petit bb dans mon ventre .

Résultats de la colo : RCH sous sa forme la plus sévère une pancolite.

Alors quand j’entends dire que tout est dans la tête, ça m’énerve grave. et on ne tombe pas en dépression, c’est la dépression qui nous tombe dessus.

Le stress n’est pas la cause de la maladie. faut arrêter de dire ça.

CATHY18 - 26/09/2017 à 19:59

La dépression est souvent une conséquence de cette maladie qui peut sur des durées plus ou moins longues nous empoisonner la vie (et c’est peu dire) .L’incompréhension des autres est souvent là ;une certaine honte de se sentir toujours malade ….
Non,le stress ne joue aucun rôle dans cette maladie .Pour preuve ,les poussées arrivent n’importe quand ,que l’on soit bien moralement ou non .Du moins,c’est mon cas .
Comme pour toutes les maladies chroniques ,je pense qu’il faut se faire aider par un psy ,ne serait-ce que pour pouvoir dire ce qu’on ne peut pas dire à son entourage .Pour ma part ,un psychiatre me soutient (c’est remboursé par la sécu.) et j’évite de parler de cette maladie à ceux qui s’imagine que c’est dans la tête .C’est bien une maladie invalidante et non psychologique comme certains le laissent entendre en nous disant :bouge-toi ,pense à autre chose ,….Je connais bien ces paroles qui blessent quand on souffre et que déjà on se sent minable .Bon courage à tous .

maxou - 17/09/2017 à 17:46

Bonjour,
J’ai une recto colite depuis 10 ans et j’ai un traitement appelé Symponi 50 Mg. je fais mes piqures depuis 3 ans et je n’ai pas de crise depuis. Je devais arrêter mais mon gastro me demande de continuer jusqu’à la fin de l’année 2018 car les résultats de ce produit seront validé qu’à ce moment. Arrêt définitif ou continuité du traitement.
L’humira a été un traitement à cours thème car non toléré dans l’organisme pour moi.Ne tombez pas dans la dépression car vous ne pourrez pas guérir. Cette maladie vient du stress et de la contrariété. Bon courage à vous.

Anonymous583ed7a99d0ca - 16/09/2017 à 23:23

Bonjour à tous. Je suis atteinte d’une recto colite hémorragique depuis maintenant quatre ans. J’ai connu des hauts et des bas dans la maladie comme la majorité d’entre vous et je suis passée par plusieurs traitements avant d’aboutir à l’Humira qui a plutôt bien fonctionné jusqu’à quelques mois. En effet, depuis un mois et demi je suis en poussée avec des douleurs atroces etc mais ça je pense que vous connaissez. Depuis ma rechute je n’ai plus goût à rien je perds de plus en plus l’appétit je ne mange quasiment plus du tout. J’ai le sentiment de m’enfoncer de plus en plus dans la dépression. J’ai eu plusieurs crises depuis la decouverte de la maladie mais celle la me dévaste d’autant plus que je me sens seule. Cette maladie est tellement inscrite dans mon quotidien qu’elle s’y est inscrite dans celui de mes proches qui ne comprennent pas le retentissement psychologique dans ce genre de maladie. J’ai l’impression que pour eux j’ai un rhume qui va finir par passer comme toujours. Voilà désolé de vous noyer dans mes sentiments mais je me sens perdue. Avez vous déjà connu ça pendant vos poussées? Comment l’avez vous surmonté?

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)

Inscription

    Inscrivez-vous à notre newsletter !