Vivre . Bouger avec

RCH et Officier de police judiciaire

Lancé par Théo - Dernier message le 05/12/2018 à 16:44
réponses
3
Vues
1 337
Anonymous59182ba5651f4 - 05/12/2018 à 16:44

Concernant le médecin il demande effectivement les antécédents. Les examens effectués restent plutôt basique si ils n’ont pas changé (tests de vue et d’audition, électro-cardiogramme, réflexes, …).
Déclarer une RCH risque de conduire le médecin à déclarer une inaptitude même si elle est en rémission depuis plusieurs années comme la vôtre. J’ai vu le cas d’une camarade à qui on a trouvé une légère scoliose et qui a été sortie de la formation en 48 heures.
Si vous n’avez plus de symptômes depuis plus de dix ans, j’aurais tendance à vous conseiller de le garder pour vous.
Quand on m’a diagnostiqué ma RCH et que je suis passé devant le médecin militaire l’année suivante pour la visite périodique et qu’on m’a interrogé sur l’arrêt de travail que j’avais eu à l’époque je suis resté sur des « problèmes digestifs » sans m’étaler plus dessus.

Concernant le SIGYCOP, il est évalué de 1 à 6, 1 étant un état parfait et 6 correspondant à une inaptitude totale.
Vous trouverez sur le lien suivant la note de service concernant le SIGYCOP et le détail pour chaque maladie : https://www.defense.gouv.fr/content/download/179338/1948815/file/Instruction%202100%20aptitude%20a%20servir.pdf
C’est le document utilisé par le ministère de la défense mais je pense que celui concernant la police doit être plus ou moins le même.

Théo - 05/12/2018 à 15:05

Bonjour,

Merci beaucoup pour votre réponse détaillée.

J’aurais deux question à vous poser s’il vous plait.

Lorsque vous parlez de « garder les symptômes pour moi »,voulez-vous dire qu’il est envisageable de ne rien révéler de la RCH lors de la visite médicale ? J’imagine que le médecin doit procéder à un examen approfondi et demander les antécédents…?

Je n’ai depuis mes 10 ans jamais eu de poussées, où d’état quelconque dû à la RCH m’handicapant d’une quelconque manière, donc actuellement ma pathologie ne me contrarie aucunement.

Enfin, j’aurais voulu savoir ce que vous entendez par G2. Si j’ai bien compris, les G5 et G4 limitent l’exercice de la profession, mais le G2 demandé par la police est moins contraignant ?

Merci beaucoup pour votre aide en tout cas, le métier d’OPJ me tient à coeur depuis longtemps..

Théo

Anonymous59182ba5651f4 - 05/12/2018 à 14:41

Bonjour,

Je suis en gendarmerie depuis 2012, OPJ depuis février 2018, et j’ai été diagnostiqué d’une RCH en 2016.
Chez nous aussi la RCH fait partie des maladies rendant inapte au service.
Dans mon cas, j’ai eu la chance d’être diagnostiqué rapidement après le déclenchement des premiers symptômes ce qui m’a évité un passage devant le médecin militaire.
Depuis j’arrive à gérer plus ou moins les symptômes et à éviter de cumuler trop d’arrêts maladie.

Dans le cas d’un candidat police ou gendarmerie, déclarer la maladie au médecin de service lors de la sélection ou avant le passage de carrière entraînera systématiquement une inaptitude au service.

Dans le cas de quelqu’un qui serait passé de carrière, il y a plus de chance d’être gardé mais placé à un poste de bureau suivant la gravité de la maladie.

Il faut réfléchir si vous vous sentez prêt à faire avec les symptômes en les gardant pour vous.
De mon expérience c’est faisable avec une RCH modérée mais ça reste très compliqué par moment.

Pour la gendarmerie être atteint de RCH nous classe pour le SIGYCOP en G5 à l’engagement et en G4 ou G5 en cours de carrière.
Sachant qu’un coefficient 4 exempte de tout entraînement physique et limite l’affectation à des activités essentiellement sédentaires, un coefficient 5 réduit l’aptitude aux emplois sédentaires éventuellement adaptés et disponibles.

Le site de la police indique qu’un niveau G2 est demandé à l’entrée dans l’institution.

Je reste à votre disposition pour toute question.

Théo - 03/12/2018 à 18:09

Bonjour. J’ai été diagnostiqué d’une recto colique hémorragique, et opéré à 4 ans. Etant actuellement en master de droit et âgé de 23 ans, je me destine à rentrer dans la police. Cependant, parmi les critères d’admissibilité, il est précisé que les maladies « évolutives » sont rédhibitoires. Ayant toujours eu à l’esprit que mon affliction était catégorisée comme étant « chronique », j’ai tout de même parlé de cette situation à mon médecin, qui n’a pas su me répondre. Le site de la police ne précise pas ce qui rentre dans la catégorie évolutive. Quelqu’un aurait déjà eu une expérience similaire, ou quelqu’un dans son entourage susceptible d’avoir une idée ? Merci sincèrement, Théo

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)

Inscription

    Inscrivez-vous à notre newsletter !