Trouver l’amour avec une Rch

Lancé par Adam - Dernier message le 13/01/2022 à 02:25
réponses
9
Vues
798
Pika - 13/01/2022 à 02:25

Hé bien je crois que c’est important d’aborder le sujet avec la personne qui va potentiellement partager sa vie avec la nôtre, même si c’est en début de relation, sans nécessairement tout expliquer en détails. En même temps ça permet de mesurer son ouverture d’esprit à la maladie. C’est vrai que ce n’est pas glamour à expliquer, mais pour résumer à une personne qui ne me connais pas je disais que j’avais des « crises d’ulcères » au « niveau système digestif ». Sans spécifier que c’est aux intestins, au moins la personne comprends que c’est douloureux et handicapant, que je dois faire attention à ma diète, etc. Puis si la relation évolue, qu’on devient proches et que la personne me pose des questions plus approfondies, c’est moins gênant d’y répondre car elle est déjà au courant que quelque chose ne va pas à ce niveau.

J’utilise cette stratégie avec des amis aussi quand on ne se connaît pas beaucoup, ça passe très bien. 😉

Adam - 16/12/2021 à 13:21

Merci pour votre retour Moomin

Moomin - 15/12/2021 à 22:20

Bonsoir,

Le côté positif de ces maladies, c’est que ça permet de « faire le ménage » rapidement dans les relations… si la personne ne vous aime pas assez pour supporter tout cela et vous soutenir, il vaut bien mieux s’en passer!
J’ai vécu presque 10 ans avec une personne douce et bienveillante qui m’a constamment comprise et soutenue. C’est l’absence d’enfant qui a fini par nous séparer. J’ai ensuite connu une personne alors que j’étais en rémission, et qui m’a accusée de lui avoir menti et de l’avoir manipulé, dès que mon état s’est dégradé, de n’avoir pas « montré mon vrai visage »! Il s’est avéré que c’était ce que j’appelle un vampire (à peu près l’équivalent du pervers narcissique mais qui ne s’aime pas). J’avais alors déjà eu ma fille avec lui, je suis restée pour elle. 7 ans… 7 longues années où il m’a démolie psychologiquement. Je crois que la crainte d’être seule avec la maladie et ma fille a participé au fait que je reste, mais c’était une erreur. Pour preuve, mon traitement commencé à l’été 2019 fait effet depuis début 2021, deux mois après mon déménagement… Alors c’est dur de ne pas avoir d’épaule, quand on est seul avec son enfant, et malade, surtout en cette période, mais, effectivement, il vaut mieux être seul que mal accompagné. Je ne perds cependant pas espoir de trouver à nouveau une perle comme j’en ai connu!

En tout cas, je suis plutôt d’avis de ne pas parler de la maladie tout de suite, et d’attendre qu’il y ait déjà une bonne « accroche » (sans mentir non plus bien sûr!). Vous avez sans doute beaucoup de qualités, vous n’êtes pas votre maladie! (Certains conseillent de lui donner un nom d’ailleurs, afin de matérialiser cela).

Adam - 10/10/2021 à 13:28

Merci pour votre temoignage Fafa,
honnêtement j’ai plus d’espoir de guérir que de trouver une femme qui accepte un homme malade.
j’ai fait un sondage sur un groupe facebook et je m’aperçois qu’il y as bien plus de femmes malade en couple que d’hommes. Cela veux tout dire…
Si j’étais à la place de mon ex j’aurais clairement dis « je te quitte car je n’accepte ta fatigue dus à ta maladie » et non « on ne se voit pas assez souvent »

Fafa - 10/10/2021 à 12:58

Bonjour,

Ce que je lis me touche terriblement. J’ai cette maladie depuis presque 20 ans, elle a évoluée doucement malheureusement pas positivement et si vous saviez comme je vous comprends.

Il y a 11 ans de cela, j’ai rencontré un homme infirmier de métier qui soit disant comprenait bien que je sois malade. A l’époque je faisais beaucoup de traitement cortisones et donc j’allais bien. Nous nous sommes mariés avons eu un enfant. Il y a eu des hauts et des bas (beaucoup de bas) car j’étais aussi souvent fatiguée, mal au ventre, baisse de régime, bref pas toujours au top. Et les réflexions ont commencé, il me disait que je me plaignait tout le temps, que j’étais tout le temps fatiguée, que j’avais plus envie de lui etc. Et plus il me rabaissait, m’humilier, plus je faisais des crises. Un gastro m’a proposé un traitement anti TNF, il a catégoriquement refusé que je me fasse piquer. La gastro était choquée de son comportement. Au lieu de me soutenir, il me mettait des batons dans les roues. Y a que le cortisone qui me soulageait. Jusqu’au jour où j’ai ouvert les yeux, et c’est moi qui l’ai quitté. Je vais faire opérer dans 15 jours et çà me fait mal d’en être arrivée là. Si je ne l’avait pas écouté à l’époque, j’aurais eu un traitement adapté et çà m’aurait évité une chirurgie. J’ai vu 3 gastros différents et depuis et ils m’ont tenu le même discours. Mon ex me pourrit la vie encore à distance donc ce que vous dites je le comprends car si une personne vous juge, ne vous soutient pas c’est que c’est une personne égoïste. Il vaut mieux être seul que d’être mal accompagné! Je sais que c’est difficile d’être seul, on a envie d’avoir une épaule, un soutien. Mais notre maladie est désagréable et tout le monde ne comprend pas.
Moi je garde espoir que quelque part, il y a quelqu’un qui m’attend et qui sera le bon cette fois. Je mérite qu’on me respecte!
J’ai évidemment rencontré d’autres hommes après lui et pareil quand j’ai parlé de ma maladie (car je veux être honnête) comme par hasard la relation s’arrête pour une broutille mais je sais bien que ca fait peur. Et si on se mettait à leur place, comment on réagirait?

J’ai fait un long épilogue mais çà me fait du bien de le raconter.

Gardez espoir car l’espoir fait vivre!

Adam - 12/09/2021 à 23:38

Bon courage SuperstomeLyon, vivement l’arrivée d’un traitement qui nous débarrasse de tout ces symptômes…

superstomeLyon-1977 - 12/09/2021 à 15:43

Bonjour,
Cette maladie est une vrai plaît…
Cependant malgré mon état, j essaie d’être optimiste…mais que c est difficile.

Adam - 11/09/2021 à 12:52

Malheureusement, pour ma part elle est partie seulement 3 mois après le diagnostic, elle m’as pas dit clairement que c étais a cause de la maladie, mais elle ne comprenais pas ma fatigue, ne comprenait pas quand je devais annuler des sorties car je me sentais pas bien, j’avais toujours la réflexion « il ne faut pas t’empêcher de vivre »
Or je ne m’empêcher pas de vivre, je ne pouvais juste pas, j’en avais pas la force…
Malgré mes explications elle étais sourde, malheureusement quand vos symptômes sont invisible même vos plus proches, même la femme qui vous dis qu’elle vous aime de tout son être, inconditionnellement, ne comprend pas…

superstomeLyon-1977 - 26/07/2021 à 16:36

Pour mon cas, je lui ai dit dès le début avec des exemples concrets. Nous sommes restés ensemble pendant plus de 6 ans. Malheureusement l’évolution de la maladie et mes opérations ont fait qu elle est partie. Si elle vous aime, elle vous acceptera comme vous êtes.

Adam - 08/07/2021 à 14:50

Comment expliquer à une femme que l’ont rencontre que l’ont à cette maladie et tout ses symptômes des moins glamour 🙁

10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)

Inscription

Inscrivez-vous à notre newsletter !