Vivre . Bouger avec

RCH et régime alimentaire

Lancé par Salomich - Dernier message le 07/12/2018 à 21:52
réponses
17
Vues
9 785
Salomich - 05/02/2018 à 12:43

Hello Arnaud,

Je te remercie tout d’abord pour ta réponse 🙂

J’ai jamais été réticente au fait de supprimer le Gluten et le Lait de Vache de mon alimentation, on m’a présenté cela de la façon suivante : Comme ma première poussée est très récente, il faut dès à présent supprimer le Gluten et le Lait de Vache pour avoir une chance que ce soit la première et la dernière poussée de ma vie, comme je sortais d’un réel calvaire (on sait tous à quel point ces poussée sont agréables et reposantes lol) j’étais super motivée ! Mais je n’avais pas réalisé qu’en plus du régime sans gluten et sans lait il restait aussi les contraintes du régime sans gluten, donc actuellement mes repas se résument à du riz, des pâtes sans gluten (donc en général au riz pour goûts personnels surtout qu’en plus je suis allergique au Maïs ce qui complique encore les choses…) ou alors des pommes de terres sous toutes les formes possibles et imaginable. Je commence à avoir du mal à manger de la viande, cela m’écœure en ce moment. Et enfin, quelques courgettes et quelques carottes, sans trop d’assaisonnement puisque je n’ai toujours pas le droit aux condiments comme l’ail, l’oignon ou les herbes aromatiques. Je me fais quelques soupes quand j’ai le temps d’en faire…
J’espère donc qu’une fois que je serai officiellement en période de rémission, je pourrais ajouter des aliments à tout ça, parce que ça devient réellement monotone, je ne sais plus quoi manger donc j’en viens parfois à ne pas manger (ce qui est très mauvais !!). Cette période venue, je ne pense pas réintroduire de Gluten et de lait de vache de suite, je veux réellement prendre mon temps pour ces deux familles d’aliments, et compte faire des tests. Peut-être faire en sorte d’en manger le moins possible si ces derniers ne provoquent pas de crise. Parce qu’il est vrai que ce sont des aliments qui n’aide pas nos systèmes digestifs.

Pour le moment je commence juste à saturer du régime sans résidu à vrai dire, je n’ai plus trop d’imagination, ça tourne en rond, et mes envies de plats que je ne peux pas manger deviennent de plus en plus fortes, et lorsque la tentation est juste sous mon nez, cest de la torture pour moi qui suis une bonne gourmande salée… Parfois je m’effondre en larmes à des repas de familles ou entre amis, parce que j’ai mon repas, qui est différent, ce qui me classe dans une catégorie : « la malade ». Meme si tout mon entourage est au courant, j’en ai marre que l’on voit en moi plus que ma RCH et ce régime n’arrange rien… J’assume le fait de dire que je ne me trouve pas assez mature pour vivre ça, j’ai fait preuve de grande maturité, mais je commençais à pouvoir vivre ma vie comme je l’entendais parce que plus sous le toit de papa et maman et bam !!! Je me prends ca en pleine poire… C’est relativement injuste même si ça permet d’ouvrir les yeux sur pas mal de choses. Mais en ce moment je le vis plutot mal, même très mal.

Arnaud.dc - 05/02/2018 à 11:04

Hello, j’ai une RCH et je pense que c’est un chacun de trouver son hygiène de vie pour s’auto soigner. Pour moi ce qu’il est certain c’est que l’alimentation et l’hygiène de vie jouent un roule primordial dans cette maladie. Je pense qu’il faut radicalement changer de mode d’alimentation pour se guérir,mais vraiment, pas un repas sur deux! C’est peut être dur a concevoir, mais il faut vraiment revoir et se méfier de tout ce qui transite dans notre système digestif. Alors oui c’est dur, mais il faudra probablement se passer à vie du gluten de produits laitiers et d’alcool, et du moins jusqu’a cicatrisation totale des parois intestinales. Crois moi, mais il est vraiment possible de vivre sans, il y a un tas de substituts aux céréales courantes, il est possible de cuisiner avec des laits végétaux plutôt qu’animaux. Il y a plein d’anciennes céréales à redécouvrir qui ont été très peu modifiées à travers les décennies. Je ne pense pas que manger différemment soit vraiment un problème, à la place de prendre des pâtes tu prend des pommes de terres, du riz, des lentilles, du quinoa .. la liste est bien plus longue. Après c’est du bon sens, il faut manger sain, mais vraiment. Manger en grosse quantité des légumes, éviter les aliments acidifiants, et préférer les aliments alcalinisants. A la place de cuisiner avec du beurre, on cuisine avec des matières grasses végétales. On bannie les pizzas, les burgers, sandwichs et tout ce qui est à risque. Effectivement à certains moments çà peut être compliqué, mais on a pas besoins de manger toute cette nourriture ultra raffinée, ultra modifiée, ultra forte en gluten (qui est une protéine irritante et insoluble rappelons le).
Certains dirons que le gluten c’est pas un soucis, on ne peut pas dire ça. C’est une protéine insoluble, macromoléculaire, dont la chaîne moléculaire est énorme, fortement modifiée par l’industrie agroalimentaire. Le gluten est irritant, surtout pour des intestins déjà endommagés. Dire que l’alimentation n’a aucun lien avec les MICI est un mensonge.
Socialement c’est pas très compliqué, il suffit d’expliquer que tu as une maladie digestive qui est tout sauf bénigne, que tu as des restrictions alimentaires strictes, et personnes ne viendra te rapprocher de manger différemment.
La RCH, Crohn bref les MICI sont des maladies récentes. Qui n’existent que dans des pays urbanisées. Il y a 50 ans personnes n’avait étendu parler de ça.
Je pense, et ce n’engage que moi, que c’est lié à tous les polluants, la mal bouffe les médicaments et vaccins que l’on consomme depuis notre enfance. Alors oui la plupart des gens n’ont pas ce type de problèmes pourtant ils mangent mal. Mais je pense que nous, atteints de MICI, avons un terrain génétique défavorable, une sorte de « faiblesse » et il faut faire avec. Rien n’est perdu, mais il faut accepter que l’on a une fragilité digestive et que pour se soigner il faut rompre avec les habitudes de monsieur toutlemonde.
Au plaisir de discuter avec toi
Arnaud

Salomich - 24/01/2018 à 12:56

Bonjour,

Je viens d’être récemment diagnostiquée d’une RCH, j’ai 22 ans et cela faisait deux semaines que je venais d’emménager avec mon copain.

Après avoir eu 3 mois et demi de cortisone, j’ai intégré le PENTASA en comprimés il y a 3 semaines en plus des suspensions rectales. Mais à côté de ça je suis toujours au régime sans résidu (ça fait donc 4 mois que je ne mange rien de fou) et en plus de ça on m’a supprimé le gluten et le lait de vache. Déjà que le régime est assez frustrant, maintenant c’est bien pire.
J’avoue que j’ai l’impression que la frustration alimentaire affecte plus mon moral que la maladie en elle-même (peut-être que je ne réalise pas encore vraiment, surtout que je n’ai plus vraiment de douleur…).
Apparemment, je dois encore continuer le régime pour le moment (on ne me dit jamais jusqu’à quand…), et je commence à réellement péter un câble, à sauter des repas parce que je ne sais plus quoi manger, inutile de dire que le riz et les patates ça va 5 minutes… Vendredi j’étais à deux doigts de tout envoyer bouler, le traitement le régime… TOUT !

Pendant les fêtes je ne mangeais pas comme les autres, avec l’hiver et les soirées raclettes entre copains je mange du riz et du jambon, je n’en peux plus de cet écart social même si je ne m’empêche pas de vivre il est quand même présent et lourd.
J’ai heureusement un super soutien de la part de mon copain et de ma famille mais je me sens malgré tout seule face à tout ça…

Qui d’autre ici a eu un régime long ? Surtout que je ne suis plus en état inflammatoire d’après mes dernières analyses. J’ai peur de devoir être restreinte à vie, c’est déjà lourd de se dire que l’on a une maladie à vie à seulement 22 ans, alors si en plus je dois manger de la purée et du riz jusqu’à la fin de mes jours, y’a de quoi devenir fou..!

Je vous remercie pour vos réponses 🙂

3 sujets de 16 à 18 (sur un total de 18)

Inscription

    Inscrivez-vous à notre newsletter !