Covid-19 : Et pour mon travail je fais quoi ?

Vous êtes nombreux à nous faire part de vos questions dans ce contexte complexe du coronavirus.  Que faire avec mon travail ? Comment m’organiser si j’ai un traitement immunosuppresseur ? Quels sont mes droits ? Quels sont les dispositifs en place ?

NOUVELLES INFORMATIONS

Nouvelles informations (27 juillet 2020)
Les pouvoirs publics envisagent de mettre fin le 31 août aux dispositifs de protection des personnes fragiles vis à vis du COVID ou des personnes cohabitant avec des personnes fragiles. Cela signifie que les certificats d’isolement qui permettent actuellement de bénéficier du  chômage partiel ou d’autorisation d’absences ne seront plus valables. Un dispositif est envisagé pour les personnes à risque très aggravé mais il ne devrait pas concerner les personnes atteintes uniquement de MICI.

La plupart des malades de MICI ont actuellement repris le travail, et les informations médicales dont nous disposons montrent qu’il n’y a pas de risque accru de contracter la maladie ou d’avoir des formes graves chez les personnes atteintes de MICI qui n’ont pas d’autre facteur de vulnérabilité.

En cas de difficulté pour le retour au travail   il est conseillé de contacter le médecin du travail.

Vous pouvez vous référer à : Travail et Covid-19 : Quelles sont les règles ?

Cliquez ici pour lire la note du GETAID 

En résumé

Le gouvernement a ouvert la possibilité aux personnes  fragiles, à risque de formes graves de l’infection à coronavirus-19, de rester dans la mesure du possible chez elles par principe de précaution.

  • Les personnes concernées sont celles ayant une maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique (RCH) évolutive et avant tout, selon l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique, celles  qui suivent des traitements immuno-suppresseurs ou des biothérapies.
  • Cependant pour des raisons de simplicité la notion d’évolutive se traduit pour la Sécurité Sociale par  le fait que la personne est en ALD (Affection Longue Durée).
  • Ces personnes (hors personnel soignant) ont pu s’auto-déclarer sur le site declarere-ameli.fr ou obtenir un certificat de leur médecin.
  • les personnes cohabitant avec des personnes à risque,  concernées par les affections longue durée (ALD) répertoriées sur le site declare-ameli.fr,  peuvent également être arrêtées par leur médecin afin de protéger leur proche fragile. Cela concerne les conjoints, les parents  etc … de personnes malades de MICI.
  • L’employeur doit verser un complément de rémunération jusqu’au 90% au moins du  salaire jusqu’au 30 avril.
  • Ce dispositif d’arrêts de précaution  se transforme à partir du 1er mai pour les salariés du privé  en un dispositif de chômage partiel.  Les personnes en congé pour garder leurs enfants ou parce qu’elles sont fragiles ou parce qu’elles cohabitent avec des personnes fragiles basculent dans le régime de chômage partiel  et toucheront au moins 84% de leur salaire  (100% pour les personnes rémunérées au SMIC). Cette évolution  concerne uniquement les salariés.
  • C’est l’employeur qui fait la demande de chômage partiel. Les personnes ayant utilisé declare.ameli  reçoivent  de l’Assurance Maladie par mail ou par courrier  un certificat d’isolement à remettre à leur employeur. Les personnes arrêtées par leur médecin parce qu’elles sont fragiles ou pour protéger une autre personne devront obtenir ce certificat de leur médecin et le remettre à leur employeur. Les personnes arrêtées pour garde d’enfant n’ont rien à faire.

 

Ressources

Pour toute question à laquelle vous n’avez pas trouvé de réponse ci-dessus ou un échange sur une  situation particulière :
  • vous pouvez envoyer un mail à l’adresse suivante : travail@afa.asso.fr
  • vous pouvez téléphoner le mercredi de 14h à 18h au 01 43 07 00 63

 

Pour toute question sur vos droits et les dispositifs en place :

  • vous pouvez contacter Santé Info Droits pour répondre à vos questions 01 53 62 40 30 (prix d’une communication normale) les lundis, mercredis et vendredis de 14h à 18h et les mardis et jeudis de 14h à 20h. Ou en remplissant le formulaire de contact : https://www.france-assos-sante.org/sante-info-droits/

Article mis à jour le lundi 4 mai 2020

Partager

Inscrivez-vous à notre newsletter !